Fondation Reviens A la Vie : « Mission Zéro-Chômeur »

Présentation

La Fondation RAVI a vu le jour suite à une analyse approfondie de la situation socio-économique du Burkina qui met en exergue les grands défis de développement auxquels le pays voire le continent africain est confronté dans un contexte de rareté de ressources. Afin de contribuer à relever ces défis dont la promotion de l’employabilité des jeunes et d’impacter positivement la vie des populations en quête permanente d’un mieux-être, l’urgence de développer des initiatives de promotion de l’entreprenariat des jeunes et des femmes constituent de nos jours une alternative à même de fédérer les énergies en faveur du développement durable du Burkina Faso.

La Fondation RAVI, a été créé pour répondre à un besoin pressant que les politiques publiques seules n’arrivent pas à satisfaire. Elle fonde son action sur une vision « VA »  qui traduit le fait de rendre une localité vivable et agréable, centrée sur les besoins de l’Homme, par ses habitants eux-mêmes et pour leur propre bien-être. Autrement dit, Il s’agit d’investir sur l’Homme pour son développement durable et de développer l’Homme pour développer la cité. Cette vision fait de la garantie d’un Emploi pour chacun, pour tous et pour toujours dans une localité rayonnante et prospère, la clé de voute du développement du Burkina.

Objectifs

Accompagner les jeunes et les femmes à réaliser leur propre bien être socioéconomique et professionnel à travers des actions de création d’entreprises et de promotion de l’employabilité durable.

Mission

La Fondation a pour missions principales de :

-inspirer et former les jeunes et les femmes à s’investir dans l’entreprenariat ;

-mobiliser les ressources pour leur permettre de réaliser leurs ambitions dans leur localité.

Bénéficiaires/Cibles

-Les jeunes et les femmes en situation difficile, sans diplôme, sans emploi ni qualification professionnelle ;

-les jeunes (homme et femme) diplômés ;

-les jeunes (homme et femme) promoteurs d’entreprises en quête de compétences ;

-les travailleurs déflatés qui désirent entreprendre ;

-les jeunes déscolarisés ;

-les jeunes et les femmes candidats à l’immigration ou immigrés ;

-les jeunes qui s’adonnent à l’orpaillage et les enfants qui travaillent dans les sites miniers.

 

Le Contexte

80% de la population Burkinabé travaillent dans le secteur de l’agriculture et contribuent à 30% au PIB.

Trop faible productivité des populations dans le temps :

Les populations rurales travaillent 3 mois sur 12 dans l’année

Trop faible productivité des populations dans l’espace

Utilisation d’outils traditionnels à très faible productivité.

Taux de chômage trop élevé et d’impact économique trop faible sur les femmes et jeunes qui
constituent 88% du pays.

63 % en difficultés d’emploi ne participant pas à l’économie nationale

Enseignement général et professionnel alimentant les effectifs de chômage

Importants produits de la consommation importés.

 

Quelques vérités importantes de notre étude

La pauvreté n’est pas un manque de ressources mais un manque de :

– Vision   – Stratégie appropriée

L’argent n’est pas un moyen pour produire de la valeur mais un résultat quand on arrive à créer de la valeur

L’Homme ne crée pas la matière : elle est disponible dans la nature et elle est gratuite.
La matière non transformée est inutile, voire dangereuse.

L’homme crée la valeur à partir de la matière. Créer c’est simplement transformer en valeur de grande utilité

L’Homme lui-même répond à cette réalité. L’Homme non transformé est « inutile », voire dangereux : Homme vil ou vain

l’Homme peut par un processus de transformation adéquate atteindre définitivement une valeur de grande utilité : du vil à la valeur.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *